La Maison qui pleure

On peut l’imaginer auparavant au milieu d’une prairie colorée.

Mais le temps aura changé la donne, le lit de la rivière aura grossi, se sera déplacé pour finalement habiter cette petite maison.

Ici, la dégradation devient poétique, joyeuse et offre un espace ludique pour une pause rafraichissante à 1900 m. de hauteur.

Une leçon d’optimisme pour changer notre regard sur les catastrophes climatiques.

 

Installation participative à 1900 mètres de haut.

Pour la petite histoire,

Pour que la maison puisse pleurer, cette installation détourne l’eau de la rivière grâce à un système de gravité à 100 mètres, plus haut dans la montagne.

FacebookTwitterPartager